Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Page 8 Page 9 Page 10 Page 11 Page 12 Page 13 Page 14 Page 15 Page 16 Page 17 Page 18 Page 19 Page 20 Page 21 Page 22 Page 23 Page 24 Page 25 Page 26 Page 27 Page 28 Page 29 Page 30 Page 31 Page 32 Page 33 Page 34 Page 35 Page 36 Page 37 Page 38 Page 39 Page 40 Page 41 Page 42 Page 43 Page 44 Page 45 Page 46 Page 47 Page 48 Page 49 Page 50 Page 51 Page 52 Page 53 Page 54 Page 55 Page 56 Page 57 Page 58 Page 59 Page 60 Page 61 Page 62 Page 63 Page 64Rapport annuel 2015-2016 de Génome Canada 11 souvent une forte efficacité statistique pour démontrer qu’un certain trait influence la santé, dit Anne-Marie Tassé, directrice administrative de P3G. Le partage des données permet aux chercheurs d’obtenir plus rapidement des résultats de meilleure qualité. » Can-SHARE intégrera également des projets pilotes qui créeront des approches harmonisées pour le partage des données, notamment des codes de conduite applicables à ce partage et à la gouvernance. « Lorsqu’on travaille à l’échelle mondiale, il faut s’assurer de disposer de politiques communes à tous les partenaires, dit Mme Knoppers. Can- SHARE nous aidera à élaborer des politiques mondiales et à les transformer ensuite en outils pratiques. » Si un type d’examen de l’éthique de la recherche est jugé le plus efficace, par exemple, diverses parties membres d’un projet pourraient reconnaître les mêmes pratiques exemplaires et consacrer plus de temps et de ressources à la recherche au lieu d’approbations de l’éthique qui manquent de cohérence. « Une fois les connaissances de la recherche acquises, dit Mme Tassé, le travail peut avancer et l’étape suivante pourrait bien être la conception d’une approche thérapeutique améliorée ou nouvelle. » Grâce à Can-SHARE, nous faisons fructifier les investis- sements canadiens en recherche scientifique et en recherche sur les politiques et, en même temps, nous jouons un rôle de chef de file à l’échelle internationale. » — Professeure Bartha Knoppers, avocate et éthicienne en génomique « Can-SHARE a débuté en 2015, doté d’un financement de 3,3 millions de dollars provenant de sources multiples, dont Génome Canada, les IRSC, Génome Québec, Genome British Columbia et le ministère ontarien de la Recherche et de l’Innovation. Ce projet vise à faire progresser les objectifs de la Global Alliance for Genomics and Health, une coalition internationale constituée pour permettre le partage des données génomiques et cliniques.