Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Page 8 Page 9 Page 10 Page 11 Page 12 Page 13 Page 14 Page 15 Page 16 Page 17 Page 18 Page 19 Page 20 Page 21 Page 22 Page 23 Page 24 Page 25 Page 26 Page 27 Page 28 Page 29 Page 30 Page 31 Page 32 Page 33 Page 34 Page 35 Page 36 Page 37 Page 38 Page 39 Page 40 Page 41 Page 42 Page 43 Page 44 Page 45 Page 46 Page 47 Page 48 Page 49 Page 50 Page 51 Page 52 Page 53 Page 54 Page 55 Page 56 Page 57 Page 58 Page 59 Page 60 Page 61 Page 62 Page 63 Page 64Rapport annuel 2015-2016 de Génome Canada 16 L A SPECTROMÉTRIE à résonance magnétique nucléaire (RMN) permet de déterminer la composition molécu- laire de fluides biologiques tels que le sang ou l’urine, mais connaître le type et la concentration des métabolites particuliers est un processus chronophage dont les résultats dépendent d’une interprétation uniforme des chercheurs. Cette situation limite l’efficacité de cette plateforme comme outil de diagnostic précoce d’un large spectre de maladies. Siamak Ravanbakhsh, chercheur en apprentissage machine, n’avait jamais envisagé ce problème lorsqu’il a commencé ses études de maîtrise à l’Université de l’Alberta. « Ne serait-ce pas merveilleux si l’on pouvait prélever un peu de sang, appuyer sur un bouton et voir ce qui s’y trouve? », lui a dit un jour son conseiller, l’informaticien Russell Greiner. M. Ravanbakhsh s’est alors mis au travail. Une percée en métabolomique* crée un moyen rapide, exact et non invasif de dépistage de la prédisposition à diverses maladies et affections favorable situation une *Étude de lʼensemble des métabolites présents dans un organisme, une cellule ou un tissu.