Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Page 8 Page 9 Page 10 Page 11 Page 12 Page 13 Page 14 Page 15 Page 16 Page 17 Page 18 Page 19 Page 20 Page 21 Page 22 Page 23 Page 24 Page 25 Page 26 Page 27 Page 28 Page 29 Page 30 Page 31 Page 32 Page 33 Page 34 Page 35 Page 36 Page 37 Page 38 Page 39 Page 40 Page 41 Page 42 Page 43 Page 44 Page 45 Page 46 Page 47 Page 48 Page 49 Page 50 Page 51 Page 52 Page 53 Page 54 Page 55 Page 56 Page 57 Page 58 Page 59 Page 60 Page 61 Page 62 Page 63 Page 64Rapport annuel 2015-2016 de Génome Canada 17 La percée qui en a résulté — un système appelé Bayesil qui peut produire rapidement, avec précision et automatiquement un profil métabolique à partir d’un petit échantillon de fluide biologique — nous rapproche beaucoup de la possibilité de prévoir l’apparition éventuelle de diverses maladies et affections. La technologie, économique et non invasive, pourrait mener à toutes sortes de nouvelles applications en sciences de la métabolomique. « Nous disposons maintenant d’une trousse d’outils pour analyser et interpréter efficacement un ensemble complexe de composés, dit M. Ravanbakhsh, qui a obtenu une maîtrise et un doctorat à l’Université de l’Alberta et qui poursuit actuellement des études postdoctorales à l’Université Carnegie Mellon à Pittsburgh. Ce n’est pas l’avenir, c’est le présent, ici et maintenant. » M. David Wishart, Ph. D., l’un des conseillers au doctorat de M. Ravanbakhsh et responsable du Metabolomics Innovation Centre d’Edmonton, dit que la recherche qui a mené à cette percée a commencé autour des années 2000 dans le cadre d’une initiative générale de vulgarisation de la métabolomique. Il utilise l’analogie suivante pour expliquer l’importance de ce progrès : « Nous regar- dions le monde par un trou de serrure, nous le regardons mainten- ant par une fenêtre. » En évaluant la concentration de 50 à 60 « marqueurs méta- boliques », tels que le glucose et la glutamine, le système pourra aider les médecins à vérifier la prédisposition à des maladies telles que le diabète et l’Alzheimer, de même que de nombreux cancers et même l’obésité. Une identification hâtive peut permettre des modifications du mode de vie ou des interventions médicales qui freineront le début de ces problèmes de santé. « Il se produit toutes sortes de choses très intéressantes en sciences au carrefour de domaines comme la métabolomique et l’apprentissage machine, dit M. Wishart, signalant qu’une entreprise d’Edmonton a mis au point une analyse d’urine pour dépister les polypes précancéreux du côlon, et qu’une trousse permettant au laboratoire d’utiliser la technique au cœur de Bayesil pourrait se vendre dès cet été. Les collaborations peuvent être très fructueuses dans ces domaines pionniers. » Les gènes disent ce qui pourrait arriver un jour. Les em- preintes chimiques contenues dans les fluides biologiques comme le sang disent ce qui arrive maintenant. » — David Wishart, Ph. D., directeur du Metabolomics Innovation Centre « Génome Canada finance le Metabolomics Innovation Centre d’Edmonton depuis 2010 et y a investi jusqu’à maintenant cinq millions de dollars. Le Centre est l’un des 10 pôles du Réseau d’innovation génomique de Génome Canada qui garantit ainsi que les chercheurs canadiens ont accès aux technologies et à l’expertise d’avant- garde dans les sciences « omiques* ». *La génomique et les disciplines connexes incluant la protéomique, la métabolomique et la bio-informatique