Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Page 8 Page 9 Page 10 Page 11 Page 12 Page 13 Page 14 Page 15 Page 16 Page 17 Page 18 Page 19 Page 20 Page 21 Page 22 Page 23 Page 24 Page 25 Page 26 Page 27 Page 28 Page 29 Page 30 Page 31 Page 32 Page 33 Page 34 Page 35 Page 36 Page 37 Page 38 Page 39 Page 40 Page 41 Page 42 Page 43 Page 44 Page 45 Page 46 Page 47 Page 48 Page 49 Page 50 Page 51 Page 52 Page 53 Page 54 Page 55 Page 56 Page 57 Page 58 Page 59 Page 60 Page 61 Page 62 Page 63 Page 64Rapport annuel 2015-2016 de Génome Canada 8 L E TALUS NÉO-ÉCOSSAIS, une surface de 160 000 kilo- mètres carrés de fond marin au sud de la Nouvelle- Écosse est une zone attrayante, mais difficile pour l’exploration pétrolière. L’industrie énergétique a investi 37 milliards de dollars dans l’exploitation extracôtière dans la région de l’Atlantique au cours des deux dernières décennies, mais on sait peu de choses de ce qui se trouve au-delà du talus Néo-écossais, ce qui rend la recherche de sites de forage longue et coûteuse. Grâce à un partenariat du ministère de l’Énergie de la Nouvelle-Écosse et du Groupe de géomicrobiologie de l’Université de Calgary, les entreprises d’exploration pourraient être orientées dans la bonne direction par de minuscules aides. Une cuiller à café de sédiments du Lorsque nous évaluons les risques pour décider s’il y aura forage ou non, nous présumons qu’il vaut mieux en savoir plus que moins. La génomique peut ajouter une nouvelle strate. » — Casey Hubert, Ph. D., microbiologiste, Université de Calgary « La recherche de pétrole au fond de l’océan est un défi qui relève de l’aiguille dans une botte de foin, mais les bactéries qui consomment les hydrocarbures peuvent aider à cibler des lieux de forage prometteurs. Solutions hautemer en Casey Hubert. Ph. D.