Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Page 8 Page 9 Page 10 Page 11 Page 12 Page 13 Page 14 Page 15 Page 16 Page 17 Page 18 Page 19 Page 20 Page 21 Page 22 Page 23 Page 24 Page 25 Page 26 Page 27 Page 28 Page 29 Page 30 Page 31 Page 32 Page 33 Page 34 Page 35 Page 36 Page 37 Page 38 Page 39 Page 40 Page 41 Page 42 Page 43 Page 44 Page 45 Page 46 Page 47 Page 48 Page 49 Page 50 Page 51 Page 52 Page 53 Page 54 Page 55 Page 56 Page 57 Page 58 Page 59 Page 60 Page 61 Page 62 Page 63 Page 64fond océanique contient environ un milliard de bactéries. Certaines d’entre elles « mangent » les hydrocarbures et peuvent indiquer la présence de pétrole sous la surface et aider ainsi à cibler des endroits prometteurs pour le forage de puits d’essai. « Nous utilisons la génomique pour effectuer un “recen- sement” des microorganismes dans des échantillons de sédiments du fond marin, dit le dirigeant du Groupe de géomicrobiologie, Casey Hubert, Ph. D. L’ADN nous ren- seigne sur la composition de cette population. Une forte proportion des bactéries spécialisées qui dégradent les hydrocarbures pourrait indiquer la présence souterraine d’un gisement pétrolifère. Si les données génomiques, géo- physiques, chimiques et sismiques concordent, ce pourrait être un endroit de prédilection pour le pétrole. » Les travaux sur le terrain de ce projet ont commencé l’été dernier à bord du Hudson, un navire de la Garde côtière canadienne. Les carottes de forage ont été prélevées à des profondeurs atteignant 2 500 mètres. Certaines ont été analysées dans un laboratoire à bord du Hudson; d’autres ont été envoyées à l’Université de Calgary. Cet été, l’un des objectifs de la saison sur le terrain, explique M. Hubert, est de tenter d’effectuer plus de recherche génomique à bord du navire pour que ce dernier puisse rapidement retourner à un endroit précis si les résultats sont intéressants. En plus des bactéries aérobies et anaérobies (qui, respectivement, ont besoin et n’ont pas besoin d’oxygène pour croître), M. Hubert s’intéresse aux bactéries thermophiles qui, croit-on, montent à la surface du fond océanique avec les hydrocarbures. Ces thermophiles préfèrent les températures élevées et sont inactifs jusqu’à ce que des échantillons de sédiments soient chauffés, ce qui indique le potentiel de gisement de pétrole chaud loin sous le fond marin. L’équipe espère que la combinaison des données sur les trois types de bactéries contribuera à brosser un tableau plus complet. « C’est une recherche de pointe qui exige beaucoup d’intégration, dit Adam MacDonald, un géophysicien pétrolier du ministère de l’Énergie de la Nouvelle-Écosse. Je suis optimiste quant à son utilité. Tout le monde essaie de trouver l’emplacement idéal, mais nous avons une énorme région géographique et c’est pourquoi nous pouvons utiliser la génomique pour réduire le risque. » Génome Canada investit 1,6 million de dollars en génomique microbienne pour atténuer les risques de l’exploration pétrolière et gazière au large des côtes de la Nouvelle-Écosse, un projet de 4,9 millions de dollars financé dans le cadre de la 5e série du Programme de partenariats pour les applications de la génomique. Grâce à un partenariat avec Mitacs, plusieurs projets du PPAG, dont celui-ci, offrent des possibilités de stage à des étudiants des études supérieures et de niveau postdoctoral qui prépareront la prochaine génération des entrepreneurs canadiens grâce à une expérience pratique.