Vous êtes ici

Application de la génomique à l’innovation dans l’économie des lentilles (AGILE)

État: 
Actuel
Concours: 
Les répercussions sociétales de la recherche en génomique
Secteur: 
Agriculture et agroalimentaire
Centre(s) de génomique:
Genome Prairie
Directeur or directrice de projet:
Kirstin Bett et Albert Vandenberg (Université de la Saskatchewan)
Année de lancement: 
2015-2016
Résumé: 

Objectif : offrir aux agriculteurs canadiens un accès plus rapide à de meilleures variétés de lentilles qui donneront d’excellents résultats dans les conditions de culture canadiennes.

Les lentilles sont peut-être minuscules, mais elles offrent d’immenses possibilités aux agriculteurs canadiens. Le Canada est le plus grand producteur et exportateur au monde de lentilles, ses exportations représentant plus de 14 milliards de dollars depuis 1997. Les lentilles se mangent partout dans le monde, elles sont faciles à cuisiner et ont une forte teneur en protéines et en micronutriments, contribuant ainsi à la sécurité alimentaire mondiale.

La culture des lentilles est une réussite au Canada parce que les agriculteurs ont accès à des variétés de lentilles à haut rendement et de haute qualité, bien adaptées aux conditions climatiques canadiennes, grâce à un programme canadien exclusif de sélection des lentilles. Les sélectionneurs n’ont cependant réussi à accéder qu’à une petite fraction de la diversité totale existante, ce qui empêche les agriculteurs canadiens de répondre à la demande mondiale croissante.

Le projet AGILE a pour but d’offrir aux agriculteurs canadiens un accès plus rapide à de meilleures variétés de lentilles qui donneront d’excellents résultats dans les conditions de culture canadiennes. L’équipe d’AGILE caractérisera la variabilité génétique observée dans une vaste collection de lentilles pour déterminer la génétique qui sous-tend la capacité de ces dernières de bien pousser dans différents milieux dans le monde. L’équipe, dirigée par Mme Kirstin Bett et M. Albert Vandenberg de l’Université de la Saskatchewan, mettre ensuite au point des marqueurs génétiques utiles aux sélectionneurs qui pourront servir à réduire l’influence des gènes qui nuisent à l’adaptation aux conditions canadiennes, tout en conservant les gènes avantageux de ces souches. L’équipe examinera également les facteurs qui influencent les décisions des agriculteurs d’adopter ou non les lentilles dans la rotation de leurs cultures et élaborera une stratégie pour accroître durablement la production canadienne de lentilles.

Les travaux d’AGILE devraient engendrer un taux annuel d’augmentation de la productivité de trois pour cent, ce qui mènera à une augmentation de 550 millions de dollars en recettes d’exportation, assurant ainsi la dominance soutenue du Canada dans la recherche, la production et la commercialisation de cette culture importante.

Pour plus d’information, rendez-vous sur le site du projet : AGILE : Application of Genomic Innovation in the Lentil Economy.

Résultats à ce jour* :

  • Séquençage d’une collection de plus de 300 variétés de lentilles cultivées partout dans le monde permettant de mettre au point et de déployer des marqueurs moléculaires qui aideront les sélectionneurs à accéder à la diversité générique au moment de la sélection.
  • Partenariat avec la compagnie israélienne NRGene pour le séquençage et l’assemblage de deux espèces de lentilles sauvages, ce qui donne aux sélectionneurs des ressources additionnelles pour améliorer la résistance des variétés de lentilles de culture.
  • Séquençage d’une collection de bactéries (rhizobiums) établie à l’échelle mondiale visant à mieux comprendre la dynamique entre les lentilles et les rhizobiums et la façon dont cette dynamique influe sur la productivité et la qualité.
  • Le premier ensemble de marqueurs moléculaires devant servir à prédire la maturité est actuellement soumis à des épreuves. D’autres marqueurs seront mis au point et mis en application dans le cadre du programme de sélection au cours des cinq prochaines années.
  • Partenariat avec des organismes de recherche en Espagne, en Italie, au Maroc, au Népal, au Bangladesh, en Inde et aux États-Unis afin d’acquérir de nouvelles connaissances et de produire des ressources qui aideront à créer de nouvelles variétés pouvant être cultivées de façon durable dans des conditions variées.
  • Les connaissances et ressources générées par ce projet seront transmises aux agriculteurs dans les pays en développement dans le cadre d’un partenariat avec le Centre international de recherches agricoles dans les régions sèches (ICARDA), le Nepal Agricultural Research Council (NARC) et Local Initiatives for Biodiversity, Research and Development (LI-BIRD).
  • Présentations dans des conférences de recherche partout dans le monde et à la communauté DivSeek, un groupe de travail international qui s’emploie à accroître la productivité des cultures en élargissant la diversité génétique de celles-ci.
  • Partenariat avec le Plant Phenotyping and Imaging Research Center (P2IRC, organisme financé par le Fonds d’excellence en recherche Apogée Canada) pour la mise au point de nouveaux outils de phénotypage et d’imagerie des cultures. Avec AGILE, on tablera sur les données communes dans le but de réaliser une nouvelle analyse des données et créer de nouveaux outils de visualisation qui apporteront une valeur ajoutée aux chercheurs, aux sélectionneurs et aux agriculteurs.
  • Sensibilisation auprès des producteurs et des intervenants pour leur faire connaître les objectifs et les résultats du projet, y compris au moyen d’un fil Twitter interactif (@wildlentils), de présentations et de participations informelles à des réunions de producteurs.
  • Possibilité pour une équipe de 30 à 40 chercheurs, dont quelque 20 étudiants agissant comme adjoints à la recherche et boursiers postdoctoraux, de voyager et de travailler avec des chercheurs de partout dans le monde.
  • Résultats de GE3LS : réalisation d’études concernant certains aspects d’UPOV 91 et son incidence potentielle sur le mécanisme de financement actuel qui soutient la recherche sur les légumineuses à grain et les programmes de sélection au Canada. Les résultats ont été fournis à Saskatchewan Pulse Growers. On a réalisé un sondage auprès des agriculteurs afin de savoir comment ils en arrivaient à la décision de semer ou non des lentilles. D’autres recherches sont en cours et permettront de mieux comprendre les différents facteurs qui influent sur le choix des agriculteurs (p. ex., profil de risque, réseaux personnels, organisations officielles).

*Révision : juillet 2018