Vous êtes ici

Base de données en génomique et sur les résultats pour la pharmacogénomique et les études de mise en œuvre (Go-PGx)

État: 
Actuel
Concours: 
Concours 2017 : projets de recherche appliquée à grande échelle – La génomique et la santé de précision
Secteur: 
Santé
Centre(s) de génomique:
Genome British Columbia
Directeur or directrice de projet:
Bruce C. Carleton et Colin J. Ross (Université de la Colombie-Britannique)
GE3LS: 
Oui
Année de lancement: 
2017-2018
Résumé: 

Les effets indésirables d’un médicament (EIM) sont un problème important en médecine moderne, ce qui mène au retrait du traitement, au non-respect de la médication, à l’invalidité permanente et au décès. Cette observation vaut tout particulièrement pour le traitement du cancer et ses médicaments puissants. Le projet Go-PGx a pour vision de sauver des vies et d’améliorer la qualité de vie des enfants atteints de cancer en utilisant des stratégies de santé et de précision basées sur la génomique pour réduire les EIM les plus courants et les plus graves chez ces enfants.

Il est de plus en plus évident que les différences génétiques chez les patients peuvent influencer la vraisemblance d’EIM. Les Drs Bruce C. Carleton et Colin J. Ross, tous deux de l’Université de la Colombie-Britannique, collaborent pour empêcher ces EIM par la mise au point de tests en laboratoire pour prévoir la possibilité qu’un patient atteint de cancer pendant l’enfance ne développe des EIM et des outils pour intégrer ces tests à la pratique clinique. Grâce à Go-PGx, ils analyseront plus de 6 125 échantillons d’ADN et l’utilisation correspondante de médicaments, de même que des données sur les résultats d’EIM pour découvrir les biomarqueurs qui révéleront la vulnérabilité génétique aux EIM et élaborer des outils pour informer et former les médecins et les patients, à commencer par les cinq EIM les plus graves dans le cas des cancers infantiles.

Les chercheurs élaboreront également une base de données exhaustive qui fera le lien entre les données génétiques et cliniques et qui constituera une ressource accessible pour les chercheurs partout dans le monde. Grâce aux données qu’ils produiront, ils commenceront à offrir des tests dans 10 centres de cancer pédiatrique au Canada, tout en étudiant les obstacles et les aides à l’adoption des tests d’EIM dans le système de santé, de même que les répercussions économiques de l’adoption de ce type de test en pratique clinique. L’équipe élaborera également des lignes directrices sur la pratique clinique revues par des pairs avant la fin du projet et les publiera dans l’année qui suivra la fin du projet.