Vous êtes ici

BEARWATCH : Surveillance des répercussions des changements climatiques dans l’Arctique, à l’aide des ours blancs, de la génomique et des connaissances écologiques traditionnelles

État: 
Actuel
Concours: 
Concours 2015 : Projets de recherche appliquée à grande échelle : Les ressources naturelles et l’environnement : les solutions génomiques aux défis sectoriels
Secteur: 
Environnement
Centre(s) de génomique:
Ontario Genomics
Directeur or directrice de projet:
Stephen C. Lougheed (Université Queen’s), Peter van Coeverden de Groot (Université Queen’s), Graham Whitelaw (Université Queen’s), Markus Dyck (Gouvernement de Nunavut)
Année de lancement: 
2016-2017
Résumé: 

Les ours blancs sont l’équivalent dans l’Arctique des canaris dans les mines de charbon. Comme ils ont besoin de la glace marine pour chasser les phoques et de la terre ferme pour mettre bas, ils sont une sentinelle des changements qui surviennent dans l’environnement arctique. Les ours blancs jouent également un rôle central dans la culture, la spiritualité et les pratiques de chasse inuites et occupent une grande place dans leur système traditionnel de connaissances, appelé Inuit Qaujimajatuqangit (IQ). À mesure que la qualité et la quantité de glace marine diminuent, les sources alimentaires de prédilection des ours s’amenuisent. Le nombre d’ours blancs dans le Nord canadien, qui se situe actuellement à 15 000 environ et représente les deux tiers de la population mondiale de ces animaux, pourrait diminuer. Le Canada doit montrer la voie à l’échelle internationale en ce qui concerne la conservation des ours blancs, à la fois pour assurer la pérennité des ours et nous renseigner sur l’état des écosystèmes de l’Arctique.

BEARWATCH, dirigé par Stephen C. Lougheed, Ph. D., de l’Université Queen’s, en collaboration avec Peter van Coeverden de Groot, Ph. D., Graham Whitelaw, Ph. D., de l’Université Queen’s et de Markus Dyck du gouvernement du Nunavut, est un projet visant la mise au point d’une trousse d’outils non invasifs qui servira à établir des biomarqueurs à partir des excréments, de même qu’un programme de surveillance communautaire. Le projet alliera la génomique de pointe aux sciences sociales dans leur ensemble et sera mis en œuvre dans un contexte de collaboration avec les communautés nordiques, les organisations autochtones, le gouvernement territorial et d’autres administrations publiques. Il aboutira à une base de données qui alliera l’IQ et d’autres connaissances écologiques traditionnelles des Autochtones à l’identité génétique des ours blancs et à des mesures écologiques et physiologiques de la santé des ours. Le programme de surveillance communautaire fournira en permanence des données de suivi des changements dans les populations d’ours blancs et assurera en même temps un revenu aux communautés autochtones de l’Arctique.

Grâce à BEARWATCH, les chercheurs acquerront des connaissances importantes pour la gestion des ours blancs et la surveillance des écosystèmes en changement dans l’Arctique canadien, ce qui fera du Canada un chef de file mondial de la recherche communautaire fondée sur la génomique en gestion de la faune.

The project's GE3LS research component will integrate polar bear Traditional Ecological Knowledge (TEK) and science as well as historical data, allowing the project team to compare insights from each knowledge system and translate findings into a community-based monitoring protocol that will track polar bear population responses to
environmental change. It will also involve an evaluation of impacts of the research on Canadian polar bear management and policy, Environmental Assessments by northern resource industries, and Inuit Impact Benefit Agreements.