Vous êtes ici

Faire progresser la génomique environnementale dans le milieu marin

État: 
Actuel
Concours: 
Programme de partenariats pour les priorités régionales (P3R)
Secteur: 
Environnement
Centre(s) de génomique:
Genome Atlantic
Directeur or directrice de projet:
David Finn (Petroleum Research Newfoundland and Labrador), Mehrdad Hajibabaei (eDNAtec), David Cote (Pêches et Océans Canada)
GE3LS: 
Non
Année de lancement: 
2019-2020
Résumé: 

L’industrie pétrolière et gazière au large des côtes de Terre-Neuve-et-Labrador est essentielle à l’économie (gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, 2017), mais ces opérations doivent être menées conformément à de bonnes pratiques de gestion environnementale. Un des obstacles actuels à la croissance et au développement est le temps nécessaire pour réaliser les évaluations environnementales, lesquelles dépassent souvent cinq ans, ce qui augmente à la fois les coûts et les risques commerciaux associés aux nouveaux projets. Petroleum Research Newfoundland and Labrador (PRNL) met en relation les grandes compagnies pétrolières et gazières avec les tendances et les initiatives en matière de recherche. PRNL a identifié la génomique comme un domaine de recherche clé présentant un large potentiel d’applications dans l’industrie du pétrole et du gaz et jouera un rôle clé en guidant et conseillant d’autres participants du projet afin de s’assurer que les besoins de l’industrie sont satisfaits. Grâce au soutien des sociétés pétrolières et gazières membres du PRNL, le centre eDNAtec pour les applications de génomique environnementale a ouvert ses portes à St. John’s (T.-N.-L.) au milieu de 2017. Il est le seul centre de recherche de ce type dont l’unique mandat est de faire progresser les technologies d’analyse de l’ADN environnemental pour l’utilisation à des fins de biosurveillance environnementale. En partenariat avec Pêches et Océans Canada (MPO), des échantillons seront prélevés dans les zones côtières, le plateau continental et les eaux libres de Terre-Neuve-et-Labrador et seront analysés à l’aide de méthodes traditionnelles de biosurveillance et d’analyse de l’ADN de l’environnement. Ces études comparatives constituent une étape cruciale vers le perfectionnement des méthodes de laboratoire et l’adoption généralisée des techniques de génomique environnementale par l’industrie et les organismes de réglementation.