Vous êtes ici

Génomique de la conservation de la baleine noire de l'Atlantique Nord menacée d'extinction

État: 
Actuel
Concours: 
Concours 2020 : Projets de recherche appliquée à grande échelle : Les solutions génomiques pour les ressources naturelles et l’environnement
Secteur: 
Environnement
Centre(s) de génomique:
Genome Atlantic
Directeur or directrice de projet:
Timothy R. Frasier (Saint Mary's University), Philip K. Hamilton (New England Aquarium)
GE3LS: 
Oui
Année de lancement: 
2021-2022
Résumé: 

La baleine noire de l'Atlantique Nord est la grande baleine la plus menacée au monde. On en dénombre plus que 400. En déclin depuis 10 ans, cette espèce ne s'est pas remise de la chasse à la baleine, à l'instar d'autres espèces exploitées. Ce manque de rétablissement s'explique principalement par deux facteurs : (1) un taux élevé de mortalité anthropique due aux collisions avec les navires et à l'enchevêtrement dans les engins de pêche, et (2) un taux de reproduction qui a été divisé par trois.

Pour remplir leur mandat de conservation des baleines noires de l'Atlantique Nord, les organes dirigeants comme le ministère des Pêches et des Océans du Canada (MPO) et le National Marine Fisheries Service (NMFS) des États-Unis ont besoin d'informations sur les facteurs qui entravent un rétablissement et sur les implications pour la politique et la planification de la conservation.

Bien que certains facteurs aient été identifiés, d'autres doivent encore l'être, notamment ceux qui affectent la reproduction. Les facteurs identifiés ne nous permettent pas encore d'expliquer comment et dans quelle proportion ils affectent la viabilité des espèces. Ce manque de connaissances complique la tâche de MPO et de NMFS à établir des attentes et des objectifs de rétablissement appropriés, et à élaborer des stratégies de conservation efficaces. En outre, les mesures de conservation prises par l'un ou l'autre pays nécessitent également, et/ou ont des implications pour, d'autres industries et groupes, y compris les industries de la navigation et de la pêche et les communautés autochtones. Par conséquent, une conservation efficace, qui assure la coexistence durable des baleines et des hommes, nécessite la collaboration de toutes ces parties.

Nous utiliserons des données génomiques et GE3LS (la génomique et ses aspects éthiques, environnementaux, économiques, juridiques et sociaux) pour aborder ces questions et améliorer l'efficacité et l'efficience des stratégies de conservation au Canada et aux États-Unis : (1) quantifier l'impact de la consanguinité sur la performance de reproduction et le rétablissement de l'espèce; (2) quantifier l'impact des enchevêtrements sublétaux et des collisions avec les navires sur la santé et la reproduction; (3) effectuer des analyses de réseau des entités impliquées dans et/ou touchées par la recherche et la conservation de la baleine noire pour identifier les lacunes afin que de telles relations puissent être développées ou renforcées; et (4) effectuer des recherches ethnographiques sur ces entités pour faciliter des communications et des collaborations efficaces.

Ces objectifs permettront de délivrer : (1) des communications avec les organes dirigeants (MPO et NMFS) concernant la façon dont les priorités et les politiques de conservation devraient être révisées en fonction des données génomiques; et (2) des communications avec les industries et les autres entités concernées pour promouvoir des changements de perceptions et de comportements. Ces travaux permettront une conservation plus efficace et efficiente de cette espèce menacée.