Vous êtes ici

GrapeGen Génomique appliquée à l'identification des composants génétiques et environnementaux fondamentaux de la qualité du raisin

État: 
Précédent
Concours: 
Projets mixtes de Genoma España et de Génome Canada dans les domaines de la santé humaine, des végétaux et de l’aquaculture (R-D-E)
Secteur: 
Agriculture et agroalimentaire
Centre(s) de génomique:
Genome British Columbia
Directeur or directrice de projet:
Steven Lund, Jose Martinez-Zapater (Espagne)
Année de lancement: 
2004-2005
Résumé: 

La vigne est, dans le monde, l'espèce fruitière la plus importante sur le plan économique, car les vignes sont cultivées sur plus de 7,4 millions d'hectares. On cultive la vigne pour ses fruits dont on produit le raisin de table, le jus de raisin, et les raisins secs. Le raisin sert également à la fabrication du vin et de produits spiritueux à forte valeur ajoutée. La vigne est importante en Espagne qui la cultive sur plus de 1,2 million d'hectares, soit environ 1/7 de l'ensemble des vignobles du monde principalement axés sur la production de vin. L'Espagne, qui compte en outre plus de 50 000 hectares de cultures du raisin de table, est le deuxième producteur en importance en Europe, après l'Italie, et la majeure partie de sa production est destinée à l'exportation.

Le Canada est le plus jeune producteur de vin dans le monde. L'industrie viticole canadienne s'est toutefois rapidement développée au cours des dix dernières années et on compte actuellement au pays 7 000 hectares de vignobles. Cette industrie rapporte beaucoup aux économies des provinces productrices, principalement l'Ontario et la Colombie­Britannique, en termes de ventes et de recettes touristiques.

La complémentarité des domaines d'expertise du Canada et de l'Espagne facilitera les applications novatrices des technologies de la génomique qui contribueront à résoudre les problèmes auxquels font face les industries du raisin et du vin et, en bout de ligne, favoriseront le transfert de connaissances entre l'Espagne et le Canada, de même qu'entre le secteur public et le secteur privé. Selon M. Lund, "la génomique appliquée à la vigne en est encore à ses balbutiements, et les possibilités de grandes découvertes bénéfiques sont fort nombreuses.

Quand nous comprendrons comment les gènes régulent le mûrissement des fruits dans divers environnements de culture, nous disposerons de nouvelles données qui aideront les viticulteurs à perfectionner la gestion des vignobles et à développer de nouvelles variétés par des programmes de sélection qui mettront à profit la variation naturelle inhérente à l'espèce Vitis. Des améliorations dans ce domaine ne peuvent qu'aider le Canada à maximiser son potentiel florissant de production uniformisée et de commercialisation de vins de calibre mondial".