Vous êtes ici

Intégration d’approches génomiques pour accroître la résilience des vaches laitières : un objectif global visant à améliorer la durabilité de l’industrie laitière canadienne

État: 
Actuel
Secteur: 
Agriculture et agroalimentaire
Centre(s) de génomique:
Genome Alberta, Ontario Genomics, Genome British Columbia, Génome Québec
Directeur or directrice de projet:
Christine Baes (Université de Guelph), Paul Stothard (Université de l’Alberta), Ronaldo Cerri (Université de la Colombie-Britannique), Marc-André Sirard (Université Laval)
Résumé: 

L’industrie laitière est l’une des plus importantes et des plus dynamiques au Canada. En 2015, le secteur laitier a contribué à hauteur d’environ 19,9 milliards de dollars au produit intérieur brut (PIB) canadien. Le but de ce projet est d’utiliser des outils génomiques pour élaborer de nouveaux ensembles de données et outils génomiques afin d’obtenir une vache plus « résiliente », c’est-à-dire un animal capable de s’adapter rapidement à des conditions environnementales changeantes sans que sa productivité, sa santé ou sa fertilité soient compromises. Un ensemble de nouveaux outils de sélection génomiques destinés aux producteurs laitiers et à l’industrie de l’insémination artificielle sera mis en œuvre en fonction d’un nouvel indice de sélection pour la résilience, qui comprendra de nouveaux caractères génétiques liés à la fertilité, à la santé et à l’efficacité environnementale (c.-à-d. efficacité alimentaire et émissions de méthane). Ce nouvel indice permettra aux producteurs de réduire les coûts associés à la mauvaise fertilité, aux maladies et à l’alimentation des animaux. De plus, une sélection plus précise pour une fertilité accrue, une plus vaste résistance aux maladies et une meilleure efficacité environnementale se traduira par des bénéfices pour l’industrie laitière canadienne, en plus de favoriser la durabilité et la salubrité alimentaires à l’échelle mondiale.