Vous êtes ici

Maintien de la pêche sportive en eau douce dans un environnement en changement

État: 
Actuel
Concours: 
Concours 2015 : Projets de recherche appliquée à grande échelle : Les ressources naturelles et l’environnement : les solutions génomiques aux défis sectoriels
Secteur: 
Pêches et aquaculture
Centre(s) de génomique:
Genome British Columbia
Directeur or directrice de projet:
Patricia M. Schulte (Université de la Colombie-Britannique), Ben Koop (Université de Victoria), Anthony Farrell (Université de la Colombie-Britannique)
Année de lancement: 
2016-2017
Résumé: 

Objectif : utiliser la génomique de conservation pour fournir des outils, de l’information et des recommandations stratégiques nécessaires au maintien de la pêche récréative de la truite arc-en-ciel.

La pêche récréative est un passe-temps de prédilection de 40 millions de personnes en Amérique du Nord qui permet aux personnes de tous âges de se rassembler et de profiter du plein air. Elle est en outre importante sur le plan économique, car elle représente annuellement plus de 120 milliards de dollars dans l’économie nord-américaine, dont 8 milliards au Canada. La truite arc-en-ciel est une espèce essentielle de la pêche récréative, mais les populations sauvages sont menacées par les changements climatiques et les répercussions des activités humaines. Déjà, durant l’été, de nombreux cours d’eau de la Colombie-Britannique et de l’Alberta doivent à l’occasion être fermés à la pêche récréative en raison des températures élevées de l’eau. D’autres effets environnementaux attribuables aux changements climatiques, comme la baisse de la teneur en oxygène et les changements dans l’acidité ont également des conséquences néfastes. Au cours des 50 prochaines années, plus de 30 % des populations nord-américaines de truites arc-en-ciel seront en péril.

Patricia M. Schulte, Ph. D., de l’Université de la Colombie-Britannique, en collaboration avec Ben Koop, Ph. D., de l’Université de Victoria, et Anthony Farrell, Ph. D., de l’Université de la Colombie-Britannique, dirige une équipe interdisciplinaire de chercheurs en sciences naturelles et en sciences sociales qui utiliseront la génomique de conservation pour fournir des outils, de l’information et des recommandations stratégiques nécessaires au maintien de la pêche récréative de la truite arc-en-ciel. L’équipe séquencera les génomes de truites arc-en-ciel de différentes populations pour évaluer leur diversité génétique et identifier les souches de poisson qui résisteront aux effets des changements climatiques en vue de l’empoissonnement. Elle mettra aussi au point des outils peu coûteux grâce auxquels les gestionnaires des pêches pourront surveiller la santé génétique des populations de truites arc-en-ciel et élaboreront des recommandations stratégiques pour aider les gestionnaires et les intervenants à gérer et à préserver la truite arc-en-ciel. L’équipe collaborera avec les utilisateurs finaux à l’application des résultats obtenus.

Les avantages potentiels de ce projet sont considérables. En trouvant des souches de truites arc-en-ciel qui résistent aux stress qu’engendrent les changements climatiques et d’autres activités humaines et en fournissant aux gestionnaires des pêches des outils de surveillance des populations de truites arc-en-ciel, l’équipe aidera à préserver la pêche récréative pour les prochaines générations.

Le volet de recherche GE3LS portera sur les risques et les avantages de la conservation et du rétablissement. Les recherches permettront de définir les manières de réduire les effets de facteurs de perturbation multiples pour la truite arc-en-ciel et les coûts associés, d’évaluer la perspective de divers intervenants afin de mettre au point des outils qui viendront intégrer les connaissances sociales et écologiques générées par ces recherches à la prise de décisions en matière de réglementation et de gestion et d’élaborer des documents d’orientation complets qui aideront les organismes de gestion et les intervenants dans le processus décisionnel.

Résultats à ce jour* :

  • Séquençage de génomes de populations de truites arc-en-ciel et de truites arc-en-ciel anadromes en Colombie-Britannique, dont la truite géante Gerrard du lac Kootenay, pour déterminer les similitudes et différences sur le plan génétique.
  • Travail en partenariat avec la Freshwater Fisheries Society of British Columbia pour le séquençage de génomes dans des variétés de truites arc-en-ciel utilisées pour empoissonner les lacs aux fins de la pêche récréative en Colombie-Britannique. On cherche des variations génétiques naturelles qui pourraient rendre les poissons plus résistants aux effets des changements climatiques (comme l’élévation des températures de l’eau, la baisse de la teneur en oxygène et les changements dans l’acidité).
  • Collaboration avec des chercheurs en génomique de la Columbia River Inter-Tribal Fisheries Commission pour caractériser la variation génétique chez les truites arc-en-ciel sur le territoire ancestral des Premières Nations du bassin du fleuve Columbia (Okanagan en Colombie-Britannique et États de l’Oregon et de Washington).
  • Collaboration avec des chercheurs de l’Université de la Californie pour étudier et comparer les caractéristiques génétiques des poissons d’ensemencement en Californie et en Colombie-Britannique et ainsi déterminer si certaines variétés des secteurs les plus au sud évoluent différemment que les variétés du nord en réaction aux changements climatiques.
  • Établissement d’un ensemble de séquences de gènes pour de multiples variétés de truites arc-en-ciel visant à créer une base d’outils de gestion peu coûteux et fondés sur des données probantes grâce auxquels on peut surveiller et maintenir les stocks de poissons de façon à optimiser la santé et la diversité génétiques.
  • Travail en partenariat avec le Beaty Biodiversity Museum pour créer une exposition sur la diversité des saumons et des truites.
  • Représentation au Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC). Les résultats du projet seront fournis à des fins d’examen.
  • Sensibilisation active auprès de la communauté de gestion des pêches, y compris en participant à des ateliers régionaux et au World Congress on Recreational Fishing.
  • Travail de recherche en collaboration avec des scientifiques du gouvernement et des équipes de l’Université de la Colombie-Britannique, de l’Université de la Colombie-Britannique à Okanagan, de l’Université de Victoria, de l’Université de Calgary, de l’Université d’Ottawa, de l’Université de la Californie à Davis et de l’Université de la Californie à Santa Barbara.
  • Préparation de la prochaine génération de scientifiques en génomique et en recherche GE3LS grâce à l’embauche de boursiers postdoctoraux et d’étudiants de tous les niveaux dans le but de recueillir des données en Colombie-Britannique, en Alberta et en Ontario.
  • Publication des premiers résultats dans Journal of Fish Biology (2018).
  • Volet GE3LS : au cours de l’été 2018, l’équipe interdisciplinaire GE3LS rencontrera des communautés des Premières Nations de la Colombie-Britannique dans le but d’établir des partenariats axés sur la conservation entre les membres de ces communautés, les chercheurs et les scientifiques. Une première de série de sondages GE3LS sera menée auprès de Premières Nations, de pêcheurs à la ligne et de groupes de gestion en Colombie-Britannique.

*Révision : juillet 2018