Vous êtes ici

Le Canada créera de nouveaux outils pour l’amélioration génétique des cultures

Lundi 15 janvier 2018

Vancouver, C.-B.

La croissance démographique rapide, les changements climatiques et les contraintes grandissantes exercées sur les terres, l'eau et les nutriments menacent la sécurité alimentaire mondiale. Le Canada doit considérablement accroître sa production agricole pour répondre à l’augmentation de la demande et compenser les diminutions prévues des rendements de culture dans les pays tropicaux et subtropicaux. Pour ce, il faudra accélérer la sélection végétale au Canada, afin de développer des variétés à haut rendement, adaptées au climat et « respectueuses de la planète ».

Les données génomiques actuelles sur les cultures se multiplient rapidement, mais la capacité des sélectionneurs d’utiliser facilement et d'exploiter les données pour mettre au point de nouvelles variétés culturales ne suit pas la cadence. DivSeek est une initiative internationale qui vise à accélérer la sélection végétale en mobilisant la diversité génétique des collections vivantes et des banques de graines du monde (« banques génétiques »). Pour être efficace, il faut une base de données unifiée, coordonnée et cohésive qui permette aux sélectionneurs et aux agriculteurs d’avoir accès à ces données importantes.

Génome Canada, Genome British Columbia et Genome Prairie collaborent au financement de la création d’une ressource en bio-informatique en ligne, DivSeek Canada, hébergée dans le système informatique de pointe et d’avant-garde de Calculs Canada.

« Cet investissement est d’importance internationale et l’apogée d’années de collaboration », dit Catalina Lopez Correa, Ph. D., dirigeante scientifique principale et vice-présidente des Secteurs à Genome BC. « DivSeek Canada fera en sorte que ces ressources seront disponibles et accessibles pour que partout dans le monde, les gens puissent les utiliser pour mettre au point des cultures meilleures, plus résistantes. »

« La valeur de ce projet pour l'industrie agricole canadienne ne peut être sous-estimée. Le projet mettra au point des ressources clés dont les sélectionneurs et les agriculteurs canadiens ont besoin », a dit Marc LePage, président et chef de la direction de Génome Canada.

Dirigé par Loren Rieseberg, Ph. D., de l’Université de la Colombie-Britannique et mené par une équipe dont les membres proviennent de la Colombie-Britannique, de la Saskatchewan, du Manitoba et de l’Ontario, ce projet produira des outils intégrés conviviaux, adaptés pour les sélectionneurs du tournesol, du lin et des lentilles, initialement en projet de démonstration, mais qui pourra par la suite être étendu à d'autres cultures canadiennes possédant d’importantes ressources génomiques.

Cet investissement est évalué à quelque 800 000 $ et a été financé dans le cadre du programme des enjeux émergents de Génome Canada. Genome BC et le Global Institute for Food Security ont versé un financement substantiel, en collaboration avec d'autres partenaires.