Vous êtes ici

Appel de demandes : Nouveau financement disponible pour la recherche appliquée à grande échelle dans les secteurs de l’agriculture, de l’agroalimentaire, des pêches et de l’aquaculture

Vendredi 15 juin 2018

Ottawa (Ontario)

Génome Canada ainsi qu’Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) sont heureux de lancer aujourd’hui un Appel de demandes pour le Concours 2018 : Projets de recherche appliquée à grande échelle intitulé Solutions génomiques pour l’agriculture, l’agroalimentaire, les pêches et l’aquaculture. Le concours vise à financer des projets qui peuvent fournir de nouvelles approches qui amélioreront la résistance aux maladies et aux ravageurs de nos cultures, les animaux d’élevage et le poisson; qui nous aideront à mieux comprendre les microbiomes du sol et des milieux aquatiques; qui amélioreront la détection précoce des maladies des animaux d’élevage, de même que notre capacité de suivre, de surveiller et d’évaluer les populations de poissons sauvages.

Dans ce contexte, Génome Canada et ses partenaires de cofinancement, dont les provinces, le secteur privé et d’autres, investiront au moins 60 millions de dollars dans les projets qui auront été retenus, tandis qu’AAC investira 16 millions de dollars additionnels. Cette possibilité de financement se fonde sur les mandats complémentaires de Génome Canada et d’AAC et donne une occasion de réunir et de maximiser l’efficacité des communautés, des infrastructures et des ressources de recherche financées par les deux organisations.  

Les projets retenus utiliseront la génomique pour favoriser la durabilité, la capacité de production et la position concurrentielle des secteurs canadiens de l’agriculture, de l’agroalimentaire, des pêches et de l’aquaculture, ce qui renforcera l’économie canadienne et le bien-être de la population canadienne. La recherche portant sur les répercussions de la génomique dans la société, par exemple des facteurs qui peuvent faciliter ou entraver la transformation efficace de la recherche et l’adoption d’applications génomiques, sera également admissible au financement dans le cadre du présent concours.

Le secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire et celui des pêches et de l’aquaculture utilisent depuis longtemps la recherche pour évaluer les difficultés et trouver des solutions. Les approches génomiques ont le potentiel de prévoir et d’atténuer les effets des changements climatiques, par la compréhension, par exemple, des réactions des pêches aux fluctuations climatiques; la détermination des cultures et des élevages plus résistants aux écarts extrêmes de température; et la réduction des émissions de méthane liées aux systèmes de production du bétail.

Citations

« Notre gouvernement est heureux d’investir dans la recherche appliquée sur la génomique pour stimuler la croissance, la productivité et la compétitivité mondiale dans les secteurs de l’agriculture et de l’agroalimentaire, des pêches et de l’aquaculture qui sont si importants pour notre économie et la santé et le bien-être des Canadiens. »

— La ministre des Sciences et ministre des Sports et des Personnes handicapées, l’honorable Kirsty Duncan

« Nos scientifiques spécialisés en agriculture possèdent une expertise approfondie de la recherche appliquée en génomique. Ce concours encouragera le type de partenariats et de collaborations qui réunissent les meilleurs chercheurs du gouvernement, des milieux universitaires et du secteur privé pour créer des solutions concrètes dans le secteur agricole canadien. »

– Honorable Lawrence MacAulay, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire

« Les projets que nous finançons par ce concours reposeront sur les percées que nous avons déjà faites en recherche, par exemple le séquençage des génomes des vaches laitières, du saumon, du blé, des lentilles et d’autres produits de base canadiens qui ont rendu le Canada plus concurrentiel à l’échelle mondiale dans ces secteurs. »

– M. Marc LePage, président et chef de la direction, Génome Canada

Faits en bref

  • Le secteur canadien de l’agriculture et de l’agroalimentaire est considéré comme l’un des piliers de l’économie canadienne : il a généré, en 2016, 111,9 milliards de dollars du produit intérieur brut (PIB), soit environ 8 %, et il a employé 2,3 millions de personnes.
  • Le Canada est un important exportateur de denrées de base indispensables à la sécurité alimentaire mondiale : il produit 2 % des céréales et 3,4 % des oléagineux et des légumineuses du monde.
  • La part du secteur des pêches et de l’aquaculture dans l’économie canadienne représente 14,7 milliards de dollars annuellement et 130 000 emplois.
  • À l’échelle mondiale, le Canada est l’intendant de 25 % des lignes de côte et il compte 1 % de la production halieutique du monde. Entre 2011 et 2021, la consommation mondiale de poisson pourrait, selon les prévisions, augmenter de 16 % et l’aquaculture sera vraisemblablement le secteur qui devra absorber la majeure partie de cette hausse.

Liens connexes