Vous êtes ici

À la mémoire de Tom Brzustowski

Mercredi 8 juillet 2020

Blogue invité par Paul Dufour, professeur associé à l’Institut de recherche sur la science, la société et la politique publique de l’Université d’Ottawa et directeur de PaulicyWorks

Le 19 juin, le Canada a perdu un remarquable homme d’État dans les domaines de la science et de l’innovation.

J’ai rencontré Tom Brzustowski pour la première fois à la fin des années 1980, alors qu’il dirigeait le Conseil du premier ministre de l’Ontario et ses travaux sur la concurrence dans la nouvelle économie mondiale. Nos chemins devaient aussi se croiser en d’autres lieux.

Tom était un bâtisseur d’institutions, et il a mis ses talents d’ingénieur à profit :

  • en dirigeant le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) du milieu des années 1990 jusqu’en 2005;
  • en appuyant le lancement de Génome Canada en 2000 et en se joignant au premier conseil d’administration de l’organisme; et
  • en militant activement pour la création de ce qui allait devenir le Conseil des académies canadiennes.

Tom était un éternel gribouilleur. Je possède un souvenir né de sa plume montrant Sisyphe en train de pousser un gros rocher (symbolisant une proposition d’Académie canadienne des sciences) vers le sommet d’une colline, avec une note du groupe de travail à l’intention du ministre des Sciences de l’époque, en 2001, qui dit : « Vous avez notre plein soutien, nous sommes derrière vous. Continuez, s’il vous plaît. »

L’humour mis à part, c’était aussi un homme d’action. Par ses écrits et ses paroles, Tom a prôné la nécessité de créer une culture collaborative en matière de science, d’ingénierie et d’innovation dans ce pays. Il croyait fermement à l’importance de l’enseignement supérieur et à l’utilisation des ressources éducatives pour aider à former des personnes ayant des compétences entrepreneuriales, commerciales et techniques. Après avoir quitté le CRSNG, il a mis cette conviction en pratique en tant que titulaire de la chaire RBC en commercialisation de l’innovation à l’École de gestion Telfer de l’Université d’Ottawa. Ses travaux lui ont valu d’être nommé officier de l’Ordre du Canada ainsi que membre de l’Académie canadienne du génie et de la Société royale du Canada.

Ses livres sur les raisons pour lesquelles nous avons besoin de plus d’innovation au Canada et sur la voie à suivre sont des incontournables pour ceux qui essaient de créer un Canada innovant et fondé sur la connaissance – ses idées semblent particulièrement pertinentes à la lumière de la crise que nous traversons actuellement.

Mais c’est son côté humain qui définissait Tom. Faisant preuve d’une excellente écoute, de patience et de passion, Tom avait une personnalité douce et un sens de l’humour subtil.

C’était un gentleman et il traitait tout le monde avec respect.

Nous sommes reconnaissants à Tom pour ses contributions extraordinaires : il a permis à la recherche et à la connaissance de croître au pays, tout en aidant à inspirer et à former notre prochaine génération de talents. Il nous manquera énormément.

J’offre mes plus sincères condoléances à toute sa famille.