Vous êtes ici

Obstacles et possibilités en matière de commercialisation de produits bovins et laitiers génétiquement modifiés

État: 
Actuel
Concours: 
Équipes interdisciplinaires de recherche sur la génomique dans la société
Secteur: 
Agriculture et agroalimentaire
Centre(s) de génomique:
Ontario Genomics, Genome British Columbia
Directeur or directrice de projet:
Michael von Massow (Université de Guelph), Dan Weary (Université de la Colombie-Britannique)
GE3LS: 
Oui
Année de lancement: 
2019-2020
Résumé: 

Depuis des années, notre compréhension de la génétique sert à améliorer les pratiques agricoles et la production alimentaire. Les méthodes classiques de sélection des plantes et d’élevage du bétail ont façonné bon nombre des produits alimentaires que nous affectionnons aujourd’hui. De récents progrès en biotechnologie nous permettent de répondre à des enjeux agricoles qu’il était inconcevable de résoudre avec les technologies génétiques standard. L’une de ces avancées est le développement des technologies d’édition du génome, qui peuvent être utilisées pour améliorer le bien-être des animaux d’élevage, ce dont pourraient tirer parti les agriculteurs et bien d’autres. Toutefois, les gens ont également exprimé des craintes quant à l’utilisation de la biotechnologie dans la production alimentaire. Cette préoccupation, ainsi que les contraintes liées à la chaîne d’approvisionnement, peuvent mener à une réticence à l’adoption de ces technologies de la part des producteurs, des transformateurs, des détaillants, des services alimentaires et d’autres intervenants de la chaîne d’approvisionnement.

L’introduction d’aliments génétiquement modifiés a été accueillie dans une large mesure avec méfiance et scepticisme. S’impose donc la question suivante : quels facteurs influent sur l’acceptation de ces technologies par la société? Le but premier de ce projet de recherche est de répondre à cette question, en mettant l’accent sur les technologies d’édition du génome susceptibles d’améliorer le bien-être des animaux telles qu’elles sont appliquées aux vaches laitières et aux bovins. Notre projet se concentrera sur ces technologies particulières, mais l’objectif plus large est de mieux comprendre la façon dont les nouvelles technologies d’édition génomique sont à même d’être perçues.

La recherche proposée sera axée sur la compréhension de la perception, de la confiance et de l’adoption chez tous les groupes intéressés, des agriculteurs aux consommateurs. Les avantages potentiels de ce projet sont aussi diversifiés que les intervenants concernés. Une meilleure compréhension des perceptions à l’égard des technologies d’édition génomique pourrait permettre des efforts de communication améliorés et peut-être une confiance accrue envers le système alimentaire. Qui plus est, les entreprises alimentaires canadiennes seront en mesure de prévoir avec plus de certitude les technologies d’édition génomique susceptibles d’être acceptées par la société.