Vous êtes ici

Le blé élucidé

Le blé élucidé

Des chercheurs canadiens font partie d’une équipe internationale qui va révéler les secrets du génome du blé pour mieux répondre à la demande alimentaire mondiale en croissance.

Les champs de blé représentent les Canadiens et les Canadiennes avec la même quintessence que les Rocheuses aux sommets enneigés et les hauts fonds de Peggy’s Cove. Pour les agriculteurs, ce même blé représente une industrie de quatre milliards de dollars par année et pour les chercheurs en génomique, un champ d’exploration dont la cartographie commence à peine.

Les chercheurs canadiens font partie d’une équipe internationale qui, en juillet 2014, a publié la première ébauche de séquence basée sur les chromosomes du génome du blé, une percée qui procurera aux sélectionneurs de nouvelles connaissances fort utiles dans leur quête de variétés qui pourront répondre aux exigences de la croissance de la population mondiale et des changements climatiques, dont une augmentation prévue de 70 % de la demande alimentaire mondiale d’ici 2050.

« La publication d’une ébauche basée sur les chromosomes de la séquence du génome du blé accélérera la découverte de gènes du blé et permettra de mettre au point des outils qui amélioreront la sélection de caractéristiques très complexes telles que le rendement, la résistance aux insectes et à la maladie et la qualité pour l’utilisation ultime », dit M. Curtis Pozniak, professeur à l’Université de la Saskatchewan et codirecteur du CTAG (Canadian Triticum Advancement through Genomics – Amélioration du blé canadien au moyen de la génomique), un projet pluriannuel de plusieurs millions de dollars financé par Génome Canada, Genome Prairie et d’autres qui se concentrent sur le séquençage du génome du blé.

M. Pozniak et son équipe font partie de l’International Wheat Genome Sequencing Consortium (IWGSC – Consortium international de séquençage du génome du blé), qui procède au séquençage de chacun des 21 chromosomes du blé commun.

Le Consortium auquel participent plus de 1 000 chercheurs dans le monde a pour but de réaliser une 
« séquence de référence » ou la cartographie complète du génome du blé, cinq fois plus grand que le génome humain. Soixante-quinze mille gènes ont déjà été cartographiés. En même temps, le Crop Development Centre de l’Université de la Saskatchewan dirige une équipe multidisciplinaire nationale qui utilise la technologie de séquençage de l’ADN la plus avancée pour mettre au point les outils génomiques qui serviront à la sélection assistée par marqueurs.

Ce type de sélection indique les variations génétiques entre les membres d’une même espèce. Les sélectionneurs de blé peuvent utiliser la « sélection assistée par marqueurs » pour mieux choisir les plants en vue de caractéristiques telles que la tolérance au froid et à la sécheresse, la teneur en gluten, la germination prématurée et la résistance à la rouille du blé, à la brûlure de l’épi causée par le fusarium et aux insectes.

Au cours des trois dernières années, les chercheurs ont séquencé d’importantes régions des génomes de plus de 100 cultivars de blé et identifié plus de 100 000 marqueurs génétiques.