Vous êtes ici

Sélection du saumon

Sélection du saumon

Les outils génomiques amélioreront la sélection du saumon offrant la meilleure variation naturelle.

La salmoniculture a beaucoup évolué depuis 1985, lorsque Gifford Cooke et ses fils Glenn et Michael de Blacks Harbour, au Nouveau-Brunswick, ont créé, dans la baie de Fundy, leur premier parc marin avec 5 000 saumoneaux de l’Atlantique.

Aujourd’hui, Cooke Aquaculture est une importante société de salmoniculture qui compte des établissements dans quatre provinces et dans l’État du Maine, transformant et vendant annuellement plus de 72,5 millions de kilogrammes de saumon de l’Atlantique. Des progrès récents de la recherche en génomique pourraient en faire un concurrent de premier plan sur le marché mondial.

Les chercheurs ont maintenant cartographié le génome du saumon de l’Atlantique, ce qui permet au secteur aquicole d’utiliser les marqueurs génétiques pour déterminer quels descendants ont hérité des meilleures caractéristiques pour l’aquaculture. Celles-ci comprennent la résistance aux maladies et aux parasites tels que le pou du poisson, un meilleur taux de croissance, une adaptation rapide à l’eau de mer et une maturité sexuelle retardée.

Par le passé, l’élevage sélectif traditionnel exigeait quatre ans. Dans un cycle qui imite la nature, à l’automne tous les ans, les œufs sont fécondés, couvés et éclos dans des réservoirs d’eau douce à température contrôlée. Ils atteignent la taille des saumoneaux en 12 à 18 mois. À ce moment-là, les frères et sœurs des portées du meilleur géniteur sont transférés dans des piscicultures en eau salée jusqu’à 23 mois. Lorsqu’ils atteignent de 10 à 12 livres, les saumons sont capturés et évalués.

Grâce à la sélection génomique, Cooke Aquaculture pourra sélectionner de manière économique le saumon de l’Atlantique aux caractéristiques souhaitables lorsqu’il est encore au stade d’alevin d’un an. Les familles aux caractéristiques faibles seront éliminées tôt dans le programme de reproduction. Cette façon de procéder raccourcit le processus d’évaluation de quelque quatre ans à tout juste 12 à 18 mois.

« Nous choisissons intentionnellement les meilleures caractéristiques naturelles et nous accélérons le processus, dit M. Keng Pee Ang, vice-président de la recherche chez Cooke. À court terme, dit-il, l’utilisation des outils génomiques pour améliorer le processus de sélection fera augmenter les ventes de 18 millions de dollars par année et créera 40 emplois dans la transformation. »

Août 2015