Vous êtes ici

Concours 2015: Innovation de rupture en génomique

En juin 2015, Génome Canada a lancé le Concours 2015 : Innovation de rupture en génomique (IRG). Ce concours a pour principal objectif d’appuyer des projets axés sur la mise au point d’une innovation de rupture dans le domaine de la génomique. Dans ce contexte, ce type d’innovation désigne une nouvelle technologie génomique ou une technologie d’un autre domaine, mais appliquée à celui de la génomique, qui possède un véritable pouvoir de transformation parce qu’elle peut soit supplanter une technologie existante, soit perturber un marché existant, soit créer un nouveau marché. Une innovation de rupture permet de faire quelque chose qui n’était pas possible auparavant et se distingue d’une amélioration marginale d’une technologie existante.  

Pour que la communauté des chercheurs en génomique en bénéficie le plus possible, le programme IRG se déroulera en deux phases :

La phase 1 appuie les activités qui prouveront la faisabilité d’une « idée » – cette technologie fonctionne-t-elle et que peut-elle faire? Cette phase vise à attirer des idées d’innovations de rupture possibles de la part de personnes qui ont un besoin à combler (c.-à-d. les utilisateurs), des concepteurs de technologies ou d’autres qui ont de bonnes idées.

La phase 2 appuie la mise au point d’un prototype (procédé, produit et/ou méthode) qui fera progresser « l’idée ». Deux séries de financement de la phase 2 sont prévues (la deuxième série ne sera offerte qu’aux projets de la phase 1 jugés admissibles).

Vingt projets ont été choisis en vue d’un financement dans le cadre de la phase 1 et Génome Canada y investira environ cinq (5) millions de dollars. Aucune autre source de cofinancement n’a été exigée pour ces projets.

De plus, cinq projets ont été choisis en vue d’un financement dans le cadre de la première série de la Phase 2 et Génome Canada y investira environ 4,1 millions de dollars, et d’autres sources, dont les provinces, le secteur privé, des organismes sans but lucratif et d’autres encore, assureront le cofinancement à hauteur de 9,2 millions de dollars.

Ces projets ont été annoncés le 9 décembre 2016.