Vous êtes ici

Réduire le fardeau mondial des maladies infectieuses grâce à la santé de précision des populations

État: 
Actuel
Concours: 
Concours 2017 : projets de recherche appliquée à grande échelle – La génomique et la santé de précision
Secteur: 
Santé
Centre(s) de génomique:
Genome Alberta
Directeur or directrice de projet:
Ian Lewis (Université de Calgary), Deirdre Church (Calgary Laboratory Services)
Année de lancement: 
2017-2018
Résumé: 

Les bactéries résistantes aux antibiotiques sont un problème grave, car plus de la moitié de toutes les bactéries sources d’infection résistent maintenant aux médicaments de première ligne et des superbactéries qui ne peuvent pas être tuées par aucun médicament font leur apparition. Si ces superbactéries s’emparent de notre système de santé, tous les types d’intervention, par exemple les remplacements de hanches, la chimiothérapie et les greffes d’organes deviendront trop dangereux et l’espérance de vie des Canadiens pourraient être réduits de 20 ans. La lutte contre ces superbactéries est un impératif moral si nous voulons que les générations futures profitent de soins de santé que nous tenons pour acquis.

L’une des raisons principales de ce risque grandissant est l’approche généralisée que nous adoptons pour traiter les infections, ce qui favorise une surutilisation des antibiotiques. Différentes souches de bactéries peuvent être radicalement différentes les unes des autres dans les risques qu’elles posent, mais les limites de la technologie font en sorte que nous ne pouvons pas tenir compte de ces différences pour prendre des décisions de traitement. Ian Lewis et Deirdre Church, Ph. D., dirigent une équipe internationale d’experts qui élaborera une nouvelle approche pour traiter les infections. L’équipe déterminera les traits biochimiques importants présents dans différentes souches de bactéries, créera un système d’analyse et une base de données pour prévoir les risques potentiels des différentes infections et mettra en œuvre une nouvelle stratégie de gestion de précision des infections qui permettra aux médecins d’adapter à chaque patient l’ampleur de la thérapie antibiotique nécessaire pour soigner une infection.

La gestion de précision des infections réduira l’utilisation des antibiotiques et pourrait préserver la durée de vie de médicaments de première ligne indispensable, tout en veillant à ce que les personnes atteintes d’infection particulièrement virulente, par exemple la bactérie mangeuse de chair, obtiennent des thérapies dynamiques plus rapidement. Cette gestion permettra d’améliorer la santé tout en faisant économiser le système de santé et, surtout, de sauver des vies.