Vous êtes ici

Remplacement des immunoanalyses par la technologie basée sur la spectrométrie de masse : trousses de protéomique quantitative permettant le phénotypage moléculaire approfondi de la souris

État: 
Actuel
Concours: 
Concours 2015: Innovation de rupture en génomique
Secteur: 
Santé
Centre(s) de génomique:
Genome British Columbia
Directeur or directrice de projet:
Christoph Borchers (Université de Victoria), Albert Sickmann (Leibniz-Institut für Analytische Wissenschaften Dortmund)
Année de lancement: 
2016-2017
Résumé: 

Projet de Phase 2 (série 1)

Les souris sont les mammifères les plus souvent utilisés en recherche sur la santé. En raison de leur rôle important dans la mise au point des médicaments et la recherche biomédicale, le nombre et la diversité de modèles murins continuent d’augmenter à un rythme sans précédent. Toutefois, de nouveaux modèles murins exigent une validation approfondie pour déterminer s’ils représentent véritablement la maladie humaine et une caractérisation complète pour acquérir de nouvelles connaissances sur la santé et la maladie, proposer des approches de traitement et faciliter la mise au point de médicaments. La détermination de la concentration d’une grande variété de protéines dans les fluides et les tissus biologiques des souris est un moyen important d’évaluer ces modèles, mais les méthodes actuelles ne peuvent étudier à la fois que de petits nombres des quelque 16 000 protéines que contient une souris. Une approche plus exhaustive est indispensable pour faire progresser ce domaine.

M. Christoph Borchers, Ph. D., et son équipe de l’Université de Victoria, en collaboration avec leur partenaire, M. Albert Sickmann, Ph. D., en Allemagne (ISAS), effectueront les premières étapes cruciales de la quantification panprotéomique dans les souris. L’équipe du projet mettra au point une nouvelle technologie basée sur la spectrométrie de masse pour l’analyse rapide de 3 000 protéines murines, soit environ 20 % du nombre total de protéines, dans 20 tissus différents. La technologie sera fournie à titre de service et formatée dans une trousse facile d’utilisation à l’intention des chercheurs de partout dans le monde. L’équipe publiera également des fourchettes de référence qui aideront les chercheurs à interpréter les données obtenues à l’aide des trousses. Cette technologie élargira la portée scientifique et permettra d’obtenir un tableau plus approfondi et complet du rôle joué par l’ensemble des protéines contenues dans le génome, que le sujet soit en santé ou malade. Une société canadienne de biotechnologie, MRM Proteomics Inc., commercialisera la technologie et travaillera de concert avec ses partenaires du marketing et de la distribution pour vendre les produits sur le marché mondial, ce qui lui assurera des revenus importants qui serviront à financer la mise au point d’autres produits, à prendre de l’expansion et à bâtir le secteur de la biotechnologie.