Vous êtes ici

Résistance à large spectre aux maladies des légumes de serre

État: 
Actuel
Concours: 
Programme de partenariats pour les applications de la génomique (PPAG)
Série PPAG: 
9
Secteur: 
Agriculture et agroalimentaire
Centre(s) de génomique:
Ontario Genomics
Directeur or directrice de projet:
David Guttman (Université de Toronto)
Directrice(s)/directeur(s) récepteurs:
Michael Pautler (Vineland Research and Innovation Centre)
Année de lancement: 
2017-2018
Résumé: 

L’industrie canadienne des légumes de serre génère plus d’un milliard de dollars en ventes au détail et en exportations. Ses trois principales cultures sont les tomates, les poivrons et les concombres, réalisées principalement en Ontario, en Colombie-Britannique et au Québec. Dans un contexte extrêmement concurrentiel, les maladies des plantes constituent un énorme fardeau pour les producteurs, car elles engendrent jusqu’à 20 % de pertes dans les cultures. Les technologies génomiques qui permettraient d’atténuer ces pertes sont en forte demande.

MM. David Guttman, Darrell Desveaux et Adam Mott, Ph. D., de l’Université de Toronto ont découvert une famille de gènes qui n’avait pas déjà été caractérisée et qui confère aux plantes une résistance à large spectre aux maladies causées par des bactéries et des champignons. De plus, il est extrêmement difficile pour les agents pathogènes de surmonter la résistance liée à ces gènes. M. Guttman et son équipe collaborent maintenant avec le Vineland Research and Innovation Centre et sa plateforme de génétique inverse (mise au point grâce à un financement antérieur de Génome Canada) pour poursuivre le développement de ces gènes très résistants qui protègent contre de multiples agents pathogènes, réduisent les pertes et augmentent le rendement. Il en résultera de nouvelles variétés de légumes qui donneront aux producteurs canadiens un avantage sur leurs concurrents.

Dans les cinq ans qui suivront la fin du projet, Vineland portera cette technologie génique de son application jusqu’à la commercialisation de nouvelles variétés végétales qui résisteront mieux aux maladies. L’industrie canadienne de la culture en serre commencera alors à accumuler des profits annuels d’environ 26 millions de dollars dans le même laps de temps. La compétitivité accrue des producteurs canadiens mènera à une croissance soutenue, à l’expansion des activités et à la création de nouveaux emplois. D’autres avantages se matérialiseront lorsque Vineland réinvestira dans de nouvelles recherches ses recettes découlant de l’octroi de licences pour les nouvelles variétés de légumes, ce qui stimulera l’innovation dans tout le secteur horticole.