Vous êtes ici

Veines en santé, reins en santé : mise au point de Vasculotide, un traitement issu de la génomique/protéomique pour soigner l’inflammation et la déstabilisation des vaisseaux

État: 
Précédent
Concours: 
Programme de partenariats pour les applications de la génomique (PPAG)
Série PPAG: 
2
Secteur: 
Santé
Centre(s) de génomique:
Ontario Genomics
Directeur or directrice de projet:
Dan Dumont (Sunnybrook Research Institute)
Directrice(s)/directeur(s) récepteurs:
Paul Van Slyke (Vasomune Therapeutics)
Année de lancement: 
2014-2015
Résumé: 

Plus d’un million de chirurgies cardiaques sont effectuées annuellement, généralement avec succès. Près du tiers des patients à risque élevé connaîtront toutefois une perte rapide de la fonction rénale après la chirurgie, ce qu’on appelle une insuffisance rénale aigüe ou IRA. L’IRA résulte d’interruptions de brève durée du débit sanguin pendant la chirurgie; 11 % des patients qui ont une IRA après un pontage décèderont, comparativement à 2 % chez ceux qui n’en ont pas. Les patients qui survivent à une IRA risquent de développer des complications rénales prolongées comme une néphropathie chronique ou une insuffisance rénale chronique au stade ultime.

Il est donc urgent de trouver de meilleurs moyens de prévenir ou de traiter l’IRA. M. Dumont et Van Slyke ont conceptualisé et conçu un médicament appelé Vasculotide (VT) qui se fixe au récepteur Tie2, responsable du maintien de la santé vasculaire (donc du débit sanguin). Vasomune Therapeutics, société qui développe et commercialise le médicament, s’associe à Baxter International Inc., un chef de file mondial du marché des soins rénaux, pour mettre au point le VT jusqu’au point des essais cliniques chez des humains. À ce moment­là, Vasomune sera en mesure de chercher du capital­risque pour poursuivre le développement.

Dans les trois à cinq ans qui suivront la fin du projet, Vasomune sera une société ontarienne de biotechnologie dotée de capital­risque pour le programme clinique de Phase II pour les maladies rénales. La capacité de prévenir ou de mettre fin à l’IRA fera économiser annuellement un milliard de dollars au système de santé, en partie parce que les patients seront moins nombreux à développer une maladie rénale chronique. Les Canadiens auront aussi plus rapidement accès au VT. La commercialisation du VT assurera aussi des rendements financiers au Canada, de la formation et de la création d’emplois pour le personnel hautement qualifié.